Encadrer-et-manager.com

Les luttes de pouvoir

Les luttes de pouvoir traversent les organisations à tous les niveaux, mais les plus importantes se jouent dans les sphères dirigeantes de celles-ci ; elles témoignent du fait que les comités de direction et les conseils d’administration, que la gouvernance des organisations, sont divisés ; ces luttes ont des enjeux financiers (quelle stratégie en matière de profits va l’emporter ?), mais les dimensions proprement politiques (quel groupe va l’emporter, et quelle orientation ?) peuvent parfois y devenir prédominantes au point de mettre les enjeux financiers au second plan ; ces luttes sont à la fois très discrètes (elles se déroulent dans les couloirs feutrés des derniers étages des immeubles de la direction ) que spectaculaires dans leurs manifestations finales : fusions, OPA, démission de tel dirigeant ou top manager.

Elles peuvent durer des années, et deviennent alors un élément structurant de toute l’organisation : ainsi, dans telle grande entreprise de télécommunications, une partie du comité de direction veut maintenir vaille que vaille les anciens compromis sociaux qui impliquaient qu’il n’y ait pas de licenciements « secs », une autre partie, estimant que cette entreprise a « 40.000 salariés en trop », souhaiterait par le biais de modifications législatives faire sortir tout ce monde.

Ces luttes peuvent prendre des allures féroces, au point d’alimenter certaines images d’Epinal sur les « requins de la Finance », les « patrons prédateurs » et autres (sans même parler des « patrons voyous »). Le sort réservé au baron Empain, séquestré pendant deux mois pour une rançon (et à qui on a coupé un bout du petit doigt), à qui les dirigeants et les top managers de « son » entreprise ont fait savoir qu’il n’était plus le bienvenu à son retour de captivité, est l’une des manifestations les plus extrêmes de l’absence de toute morale autre que financière dans certains milieux dirigeants (TF1, jeudi 21 août 2008).

Dans son témoignage à propos de cet épisode le baron Empain a eu ce mot : « je sortais d’une prison pour entrer dans une autre : j’avoue que j’ai préféré encore la première ».

L’ encadrement lui-même est pris dans ces luttes, dans lesquelles les dirigeants tentent parfois de lui faire prendre parti, mais dans lesquelles lui-même peut aussi devenir un enjeu : d’une part pour servir de « relais » auprès des subordonnés, afin de transmettre les directives et les messages de la fraction dirigeants qui l’a emportée, ou pour servir de soutien à la fraction adverse, de l’autre, parce que la diminution voire la suppression de certaines strates d’ encadrement peut être l’un des objectifs de ces luttes.

Cela interpelle les managers dans les stratégies alternatives encadrement qu’ils tentent, ou non, de mettre en oeuvre.

Vous voulez recommander le site à un ami? Cliquez ici

Ces pages peuvent également vous intéresser :
Article dans le journal l’Humanité Les nouveaux savoirs d’action Article publié dans le magazine Option